Projet Accès libre : plusieurs plaintes à la Société de transport du Saguenay

La mise en place du projet Accès libre, le 9 avril, par la Société de transport du Saguenay (STS), ne passe pas comme une lettre à la poste. Les usagers du transport en commun se plaignent de subir une baisse de services avec la disparition de certains circuits, des trajets plus longs ou un plus grand nombre de transferts nécessaires pour se rendre à la même destination.

Par |2018-04-30T13:37:50-05:0030 avril 2018|0 commentaire

Transport collectif : les petites villes veulent leur part

« On veut rappeler au ministre que la réalité régionale, c’est pas ça, pour nous. C’est la voirie locale, du soutien au transport adapté et au transport interurbain. […] C’est pas aussi glamour que le REM ou le tramway, mais c’est aussi essentiel pour nos régions », soutient Jean-Maurice Matte, maire de Senneterre, en Abitibi.

Par |2018-04-30T13:34:07-05:0030 avril 2018|0 commentaire

Une pétition réclame un retour du crédit d’impôt pour les usagers du transport en commun

Depuis le 1er juillet 2017, les Canadiens ne peuvent plus déduire le coût de leurs titres mensuels d’autobus, de métro ou de trains de banlieue dans leur déclaration de revenus. Pour les contribuables, l’abolition de ce crédit fiscal se traduira par une diminution des remboursements d’impôt de 150 à 200 $ par an pour ceux qui habitent en banlieue ou en ville et qui achètent des cartes mensuelles de transport en commun toute l’année. Une telle ristourne permettait de compenser en partie l’augmentation constante des tarifs. Cette mesure existait depuis 2006.

Par |2018-04-30T13:32:08-05:0030 avril 2018|0 commentaire

Pour un réseau de transport à l’échelle des villes

D’ici 2030, le Québec souhaite devenir un chef de file nord-américain en matière de transports. Mais l’ambitieuse Politique de mobilité durable dévoilée la semaine dernière par le gouvernement Couillard est-elle réaliste et réalisable? Le Devoir amorce aujourd’hui une nouvelle série d’articles pour le découvrir.

Les municipalités québécoises auront dorénavant l’obligation de se doter d’un plan de mobilité qui tient compte des particularités de leur territoire. Faute de quoi, elles ne pourront accéder à certains programmes de financement, notamment en transport collectif.

Par |2018-04-30T13:30:13-05:0030 avril 2018|0 commentaire